Génération Centraide

 Retour

Karine

« Quand tu es une mère monoparentale, c’est parfois difficile, fait qu’il faut aller ouvrir des portes pour trouver de l’aide, même s’il y a toujours un peu d’orgueil. Au Carrefour Familial Hochelaga, il y a une vraie dynamique de groupe. Le monde ne te juge pas, il ne te pointe pas du doigt, il ne rit pas de toi. Fait que j’ai commencé à faire du théâtre avec eux, et ça m’a aidé à devenir beaucoup plus sociable. J’ai aussi repris le secondaire. Et finalement j’ai réalisé que j’étais quand même bonne à l’école, et que j’avais même un grand côté artistique. Depuis un an ou deux, je m’écoute plus, je suis plus mon instinct. J’essaie d’aider mon fils pour qu’il ne subisse pas d’intimidation, qu’il ne suive pas le même chemin, qu’il ne décroche pas de l’école surtout. Et aujourd’hui, je peux regarder quelqu’un dans les yeux. »

Portrait réalisé au Carrefour Familial Hochelaga, un organisme soutenu par Centraide, par Portraits de/of Montréal dans le cadre de la série « 52 visages. 52 réalités » de Génération Centraide.