Génération Centraide

Les jeunes mangent gratuitement : coops étudiantes à Montréal

 Retour

Ceux d’entre vous qui passent des jours (ou même des mois) à manger uniquement du ramen ou du riz avec des bines, savent que vivre sur un budget étudiant n’est pas toujours facile. Manger trois repas par jour qui sont à la fois frais, nutritifs et équilibrés est un exploit que peu peuvent réaliser, surtout vers la fin du mois. Pour répondre à ce besoin, plusieurs regroupements étudiants sont apparus partout à Montréal, et certains existent maintenant depuis des dizaines d’années. Leur mission : fournir un repas santé à tous ceux qui en ont besoin.

 

 

fringe_foodie_potato1

Photo: People’s Potato

Le Midnight Kitchen, qui sert les étudiants de McGill depuis 2002, est né d’un mouvement voulant fournir une alternative aux options couteuses qui existaient sur le campus. Le groupe sert de délicieux déjeuners et diners végétaliens durant l’année scolaire, dans son local situé sur le campus. Bien que la clientèle soit principalement étudiante, le Midnight Kitchen est ouvert à tous. Le plus beau dans tout ça? Chacun paie ce qu’il peut pour son repas.

À Concordia, on retrouve un groupe similaire : People’s Potato est une soupe populaire gérée collectivement qui offre des repas végétaliens en échange de contributions volontaires. Aucun étudiant ou membre de la faculté ne se voit refuser un repas par manque de moyens. Ouvert depuis 1999, People’s Potato sert maintenant des diners du lundi au vendredi à 500 personnes en moyenne par jour !

 

 

Suivant dans leur pas, Ras-le-Bol a été créé par des étudiants de l’UQAM qui voulaient rendre les repas végétaliens accessibles à leur communauté. La coop organise aussi des cuisines collectives, où des groupes d’étudiants peuvent cuisiner des repas économiques à rapporter chez eux. C’est une excellente idée pour les étudiants avec de petits frigos qui ne peuvent pas entreposer beaucoup de nourriture, mais veulent quand mêmes les avantages de cuisiner de grandes quantités.

Tous ces groupes ont en commun la mission d’offrir des produits locaux de manière durable. En stimulant l’économie locale, en minimisant leur empreinte carbone et en facilitant l’accès à de la nourriture abordable et santé, ils avantagent toute la communauté.

L’aide apportée par ces coopératives est nécessaire : Montréal est deuxième au classement des villes canadiennes dont la population est la plus touchée par l’insécurité alimentaire. Il est estimé qu’environ 40% de la population n’a pas accès à des fruits et légumes frais dans un rayon de 500 mètres de chez eux. Les coops alimentaires sont un des multiples moyens utilisés par la communauté pour venir en aide à ceux qui en besoin.

Pour plus d’information, visite les pages Facebook des coops mentionnées ci-dessus !

Écrit par Alexandra Toutant
Photo : Midnight Kitchen/P2P Foundation